Bonjour,

Il me fait plaisir aujourd’hui de vous parler de l’expérience de mon chemin des Sanctuaires « Montréal-Ste-Anne » effectué en juin 2009.

Je dis mon chemin car chacun de nous qui faisons le chemin, marchons dans les mêmes pas mais chacun vit sa propre expérience.

[toggle title= »En savoir + » variation= »red »]Avant de faire le chemin, il y a la préparation. C’est une étape essentielle à un bon chemin. La préparation physique, avoir un bon équipement, une bonne alimentation et de bien connaître le parcours est un atout. Il y a aussi la préparation psychologique, qui je dirais, est encore plus importante. Bien se connaître pour être mieux consciente de savoir ce qu’on est capable de faire; avoir une confiance en soi et surtout connaître les motifs qui nous font entreprendre cette marche? Il est important de se poser la question.

Moi j’avais fait en 2006, le chemin de St-Jacques de Compostelle en Espagne. Je pensais qu’après cela, il n’y avait plus rien. Quand j’ai appris par la suite, qu’il existait plusieurs chemins ici au Québec, je me disais que ça ne pouvait pas être pareil. Et bien détrompez-vous. Le chemin Montréal-Ste-Anne que j’ai fait en 2009 en valait la peine. Ma motivation en était plus une de curiosité et aussi d’un défi physique. Et toutes les raisons sont bonnes pour partir.

Mais pour moi, il y avait une préparation spirituelle. Une connaissance avait organisé un groupe pour faire la marche. Mais il manquait une 4e roue au carrosse et connaissant mon intérêt pour la marche, elle m’en parle et j’accepte avec plaisir. Mais à part cette personne que je ne connaissais très peu, je ne connaissais pas les 2 autres personnes. Nous nous sommes donc rencontrées une fois avant de partir.

Et j’ai eu une très bonne impression. Nous avions sensiblement les mêmes intérêts, nous avions tous le goût de relever un défi de taille : marcher une moyenne de 20 km par jour pendant 18 jours.